/ Démarche artistique 


 

Elle mène depuis quelques années un travail autour de la notion de l’ailleurs. Un ailleurs géographique qu’il soit connu ou de l’ordre du mental, projeté ou fantasmé. Une évocation de l’ailleurs qui aboutit à un travail sur la «perception du divers», pour reprendre la définition du terme «d’exotisme» du poète et ethnographe Victor Segalen. Sa perception intime du monde est nourrie par des déplacements extra-occidentaux, notamment en Afrique de l’Ouest, déplacements qu’elle qualifie de migrations personnelles, voire d’errance, et qui laissent transparaitre dans son travail les échos d’un syncrétisme culturel. La question du regard que l’on porte sur l’autre est évoqué, un jeu récurrent de regards inversés Occident/Afrique est mis en place.

La notion de culture, l’histoire personnelle ou collective sont convoquées, sont sources d’enquêtes, manipulées et confrontées. Cette démarche pourrait se rattacher à ce que Nicolas Bourriaud  appelle «la pensée de destination». Cette pensée vue comme  le détour d’un autre artistique qui se caractérise par une mise en exil de soi-même, une sortie du territoir natal. C’est le fait pour l’artiste de s’attacher à des spécificités qui ne sont pas celles de la culture qui l’a vu naître, ni de la région du monde dans laquelle il est né. Une poétique de la relation telle que l’a définie Edouard Glissant imprègne son travail, poétique selon laquelle toute identité s’étend dans un rapport à l’autre.

Les fragments des ailleurs qu’elle nous montre entremêlent connaissances acquises sur le terrain que ce soit de l’ordre du témoignage, de la collecte, de la linguistique... Le tout inclut une multiplicité de points de vue et un aspect poétique. Démultipliant le statut de l’artiste, dans certaines pièces elle s’imprègne de la posture de l’ethnographe, du commissaire d’exposition, de la collectionneuse au sens de glaneuse. Ces récits sous forme d’ajouts textuels ou récits induits témoignent de la porosité du réel et de la fiction créant des récits potentiellement plausibles.

Les intérêts qu’elle porte explorent des questions relatives au genre, aux inégalités sexuelles et ethniques, aux principes de colonisation et de déterritorialisation, à la géographie de l’entre-deux. Elle se confronte à des techniques différentes, et cherche avant tout à faire éclore une réflexion. Curieuse vis à vis d’une multitude de médiums : écriture, photographie, céramique, vidéo, son. Elle se penche particulièrement sur un travail d’installation.

 

Akossiwa Yovo

 

Facebook Twitter Pinterest Flickr Instagram LinkedIn share
online portfolio